Bilan accablant pour la 15ème semaine de l’emploi des personnes en situation de handicap

Publié le par Arnaud MOUILLARD

http://www.tugdual-ruellan-communication.eu/public/Agefiph/15e_SEPH_2011/BlocGenerique.png

 

Article de Charlotte Brun, Secrétaire nationale du parti socialiste aux personnes âgées, handicap et dépendance

 

La 15ème semaine de l’emploi des personnes en situation de handicap qui se déroule jusqu’au 20 novembre 2011 met une fois de plus en lumière les graves conséquences d’une politique qui ne fait plus illusion.

En 2010 et 2011, une partie des fonds de l’Agefiph (formation professionnelle) a été détournée pour d’autres objectifs. Cette année, 6 000 accompagnements de demandeurs d’emploi en situation de handicap ont été supprimés.  500 places en ESAT (établissements et services d’aide par le travail) ont disparu, alors que le gouvernement prétend en avoir créé 10 000 (sans les financer). L’Education nationale reste exemptée du quota de 6% de travailleurs en situation de handicap alors que la loi l’impose depuis 1987.

Le bilan de ce désengagement est accablant : seuls 4% des fonctionnaires et moins de 3 % des salariés du privé sont en situation de handicap. Le taux de chômage des actifs en situation de handicap est le double (19% contre 9%) de celui de l’ensemble de la population active. En région Ile de France, moins de 1 % des apprentis sont en situation de handicap.

Non, le chômage des actifs en situation de handicap n’est pas que le fait des préjugés et représentations, il est aussi le résultat d’un manque de courage politique !

Dans son projet, le Parti socialiste s’engage à mettre en œuvre une handi-conditionnalité des aides aux entreprises sur le modèle de l’éco-conditionnalité, à rendre l’Etat exemplaire sur ce point dans ses propres services, à flécher une part des créations de postes dans l'Education nationale sur les auxiliaires de vie scolaire (AVS), à se fixer des objectifs en matière d’accessibilité de notre société grâce à un Haut-Commissariat dédié.

 


Publié dans Handicap et Politique

Commenter cet article